Les Meilleurs films pour Adultes

Si vous aimez les films d’Horreur

The Blair Witch Project (1999)

Réalisateur: Daniel Myrick et Eduardo Sanchez
Stars: Heather Donahue, Michael C. Williams, Joshua Leonard

Si, dans 20 ans, vous vous retrouvez dans l’obligation d’expliquer comment les found footages (traduit de l’anglais, littéralement: « images trouvées » est un genre de film. Sous-genre du film d’horreur) sont devenues la technique dans les films d’horreur, vous devez remonter à la source, au petit indépendant qui l’a fait, The Blair Witch Project.

Sorti en 1999, le film voulait que vous le voyiez comme un document non romanesque, le véritable record de trois étudiants poursuivant une légende locale dans le Maryland. (Oui, c’est aussi le film qui vous a mis dans d’innombrables disputes avec des amateurs qui pensent que les récentes incarnations de Texas Chainsaw Massacre et Paranormal Activity sont basées sur des événements réels). Le projet Blair Witch a coûté moins d’un million de dollars et a rapporté environ 250 fois ce montant.

Si vous êtes plutôt Mafia et Gangsters

Boyz N the Hood (1991)

Réalisateur: John Singleton
Stars: Cuba Gooding, Jr, Ice Cube, Morris Chestnut

Avant que John Singleton, alors âgé de 23 ans, n’émerge avec le poignant Boyz N the Hood, les cinéastes restaient à l’écart de la vie urbaine noire. Pour les critiques et les cinéphiles qui n’avaient entendu parler que des difficultés du ghetto dans les chansons de rap, Boyz N the Hood les a exposés à un monde réel où les rêves semblent irréalisables. Un monde où un athlète prometteur qui se dirige vers l’université se fait abattre inutilement ; un monde où un adolescent charismatique et intelligent choisit le trafic de drogue plutôt que l’école parce que, eh bien, l’école n’offre pas les mêmes types de récompenses financières.

Singleton laisse ses personnages agir authentiquement dans les situations les plus difficiles, sans jamais les entraîner sur des chemins sentimentaux comme l’auraient très bien pu le faire d’autres cinéastes. Boyz N the Hood fonctionne comme une tranche de vie qui se déroule dans les rues du centre-sud de Los Angeles, qui, en 1991, n’avait pas encore attiré l’attention du public. Et les pouvoirs qui seront récompensés par Singleton : Il est devenu à la fois le plus jeune réalisateur de tous les temps et le premier réalisateur afro-américain à être nominé aux Oscars pour le prix du meilleur réalisateur.

Goodfellas (1990)

Réalisateur: Martin Scorsese
Stars: Ray Liotta, Robert De Niro, Joe Pesci, Lorraine Bracco, Paul Sorvino

Plus connu sous le titre « Les Affranchis » en France, il a l’audace de se placer dans les premières places de tous les classements mais cette audace est facilement justifiée par le film lui-même : Goodfellas est le meilleur film de Martin Scorsese. Et, oui, c’est pesé contre des films comme Taxi Driver et Raging Bull. Essayez de ne pas regarder Goodfellas chaque fois que c’est à la télévision, ou essayez de ne pas agir comme le premier dialogue d’Henry Hill (joué par Ray Liotta) (« Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu être un gangster ») est une des meilleures premières lignes du cinéma.

Ou essayer d’appeler n’importe quoi d’autre le plus grand film de gangsters jamais fait. Rapidement rythmé, profondément caractérisé, un casting d’exception, Goodfellas accomplit l’acte audacieux et admirable d’équilibrer le fait de dépeindre le crime organisé comme étant à la fois désirable et sournois. Comme Hill, vous êtes hypnotisé par son allure dangereuse, et juste au moment où il descend dans un monde de merde, vous aussi, vous sentez l’emprise oppressante et sans issue de la mafia du monde.

Un dernier défi : Vingt-trois ans après les faits, essayez de ne pas crier des « conneries » à propos des Danses avec des loups qui battent les Goodfellas pour le prix du meilleur film et celui du meilleur réalisateur aux Academy Awards.